Patrimoine

Travail

Ce nom désigne un appareillage en bois charpenté qui permettait d’immobiliser le bœuf et lui maintenir une patte en hauteur pour pouvoir le ferrer, Il n’était pas rare de ferrer des vaches pour les atteler au joug dans les très petites exploitations.

Ce photo-montage, montre l’aspect et l’emplacement du « Travail » des Ronchaux.

PONTS

Aux Ronchaux, de nombreuses fermes possédaient une levée ou pont qui permettait de monter le fourrage au dessus de l’étable que l’on nommait écurie. Pour l’instant il en subsiste quelques-uns.

Mais il y en avait un rue du centre, très beau avec couvertines des rampants en pierres moulurées et départs chasse-roue. Dessous se trouvait un puits. J’ai pris la photo le 15-8-1975 pas pour le pont, mais pour le violent orage qui se manifestait ce jour de fête du village.

 Treuils

Il subsiste pour l’instant devant deux fermes, de curieux dispositifs à engrenages. Ce sont des treuils qui permettaient de monter le fourrage dans la partie supérieure de la ferme, pour celles qui n’avaient pas de pont. ( Dispositif vu précédemment.)

 Poids public.

Il permettait le pesage des chars de foin, de céréales, du bétail, et de toute charge importante, le bois de tournerie par exemple.

Les Fours à pain

Dans de nombreux villages il y a un four banal, il permettait au seigneur du village de percevoir une redevance selon son utilisation. Ce n’était pas le cas apparemment pour les Ronchaux.
Avant l’an 2000 nombreuses étaient les maisons qui possédaient leur four à pain dans l’habitation. Ceux-ci n’étant plus utilisés, les propriétaire les ont démontés pour gagner de la surface.

.

Certains les avaient construits à l’extérieur. Il fallait se déplacer lors des mauvais jours, le four étant utilisé pour de nombreuses cuissons. L’habitation ne bénéficiait pas de sa chaleur mais gagnait en sécurité face à l’incendie.